LE SIFFLET ENROUE, N° 18
Paraissant au bon vouloir de son auteur,
présentement, le mercredi 23 février 2005

Dans une dépêche AFP du 22 février 2005, on apprend qu’une grève est prévue le jour où la commission du CIO vient visiter Paris. Branle-bas de combat chez tous les pontes organisateurs de l’événement. C’est Fillon qui a lancé la fausse polémique. Sans doute dans le but de faire oublier que certains membres de son camp se prennent pour des rois…
Ivanoë joue l’apaisement en disant que cette mauvaise coïncidence c’est aussi la démocratie. Du coup, les organisateurs lui emboîtent le pas. Même s’ils l’ont mauvaise.

Mais ce qu’il faut souligner ce sont surtout les propos du même Ivanoë :
« L'atout majeur de cette candidature, c'est l'unité nationale autour d'elle. Les syndicats en font partie ».
Des noms ! Des noms ! Des noms ! Des noms !

La dépêche en question, finit par ces mots :
« Paris 2012 rappelait que les syndicats “sont associés à l'élaboration du dossier de candidature et soutiennent la candidature de Paris”»
Des noms ! Des noms ! Des noms ! Des noms !

On peut déjà citer Chérèque puisqu’il semble déjà vouloir dire amen aux entrepreneurs sportifs en évitant toute gêne : c’est lui qui a laissé supposer que cette grève puisse être reportée d’un jour. Mais les autres ?

En tout cas, on peut tout de même se demander ce que Paris 2012 a à voir avec la défense des salariés… Paris 2012 n’est-il pas un rouage capitaliste ?

Quant à « l’unité nationale » c’est semble-t-il comme à l’École : les politicards et autres barons du MEDEF voudraient nous faire swinguer sous le chant guerrier de la Marseillaise. Il n’y a qu’eux qui s’autosuggestionnent sur l’unité en question : la plupart des gens s’en foutent éperdument !

Les organisateurs disent tous en cœur « pas d’interférence ni de brouillage entre le sport et la politique » : c’est sur ce même genre d’arguments que la France vota au parlement l’envoi d’une délégation au JO nazi de Berlin en 1936…

BROUILLONS LES ENJEUX !
INTERFERONS LES (MAUVAISES) ONDES SPORTIVES !
PARASITONS LE CORPS NATIONAL !

PAGE D'ACCUEIL