LE SIFFLET ENROUE, N° 19
Paraissant au bon vouloir de son auteur,
présentement, le dimanche 6 mars 2005

 


LE SPORT C’EST LA COLLABORATION DE CLASSE !

Pour dévitaliser la manifestation du jeudi 10 mars sur la défense des 35 heures/semaine et l’augmentation des salaires, les requins du capital tentent de détourner son enjeu politique.

Les prédateurs en question sont notamment ceux du « Club des entreprises » qui soutiendront financièrement (peut-être…) la candidature de Paris pour les futurs jeux olympiques de 2012. Le président de ce club n’est autre qu’Arnaud LAGARDERE, le même qui contribue à transformer le journalisme en catin…

Les vautours de l’argent roi ont confectionné 10 000 t-shirts à l’effigie de la candidature parisienne pour que les manifestants les portent (JDD, dimanche 6 mars 2005). De plus, il semble qu’ils aient obtenu des syndicats dits représentatifs l’engagement qu’ils donneront une consigne de port (obligatoire ?). Tout ceci dans le but de se faire valoir auprès de la fameuse commission du CIO de passage cette prochaine semaine. Bluff ou réelle soumission des syndicats ?

Si cela est la vérité, la collusion entre les intérêts du capital et ceux des salariés trouveraient là une spectaculaire révélation . Bientôt, à ce petit jeu, c’est le petit Jésus qui demandera à ne pas faire grève tel jour ou qui mettra son veto sur tel parcours de manifestation !

Les salariés n’ont pourtant rien à gagner à ce genre de « fête ». C’est un crime que des syndicats puissent rentrer dans ce genre de combine . Pour quel genre de calcul à la petite semaine ?

Éviter ce piège, c’est clarifier l’enjeu. Pour cela, il est nécessaire de contrer l’argument poujadiste qui consiste à cibler la critique des JO 2012 sur l’augmentation des impôts des contribuables . Une critique fondamentale, au contraire, est celle qui révèle que :

- la militarisation de ce genre d’événement constitue un véritable état d’urgence qui annihile tous les droits démocratiques et efface du territoire les populations gênantes (prostituées, immigrés, saltimbanques, mendiants, etc).

- l’exploitation va aller bon train puisque les salariés deviendront des « supporteurs » (comme l’écrit partout la RATP) : plus de vigilance, juste l’enthousiasme de la fête et la bonne humeur. Le sport c’est l’aiguillon du capital .

- ce qu’on porte à l’admiration de tous n’est pas ce que le genre humain compte de meilleur, ceci malgré l’idéologie olympique : dopage, corruption, loi du plus fort, violences…

les 10 000 t-shirts « Paris 2012 »,
s’ils existent, seront traînés dans la bouse !

PAGE D'ACCUEIL